DÄLEK + L’ENVOÛTANTE

DÄLEK + L’ENVOÛTANTE
#Concerts
#Hip-Hop

25.09.2019

DÄLEK + L’ENVOÛTANTE

Espace

Salle de concerts


Tarifs

  • Sur place 17 €
  • Prévente 14 €

Horaires

  • Ouverture des portes : 20:00

Petit Bain présente

DÄLEK

Avant Def Jux, avant Death Grips, avant Yeezus, il y avait Dälek” (Noisey). 
En 2015, après 5 ans d’absence Dälek a repris le chemin des studios et des salles. Leur dernier Ep ‘Respect To The Authors’ vient de sortir sur Exile on Mainstream Records.

Dälek ne porte pas de message, c’est le message.

« Dubbed as ‘alt hip-hop’ by their iconic label Ipecac Records we can’t agree more to the implication of this honorific as the New Jersey tone evangelists are indeed an alternative, if not thee alternative: being Hip Hop for those who don’t pigeon-hole themselves as typical Hip Hop diehards, attracting those who keep listening outside the box. Subversive. Paradigm-changing. Mindblowing.

Dälek do not have a message, they are the message: with focusing both on tone and content while staying true to the roots of HipHop but bringing in the love for monolithic sound arrangements as well as dream-like haze of sheer volume they combine both the powers of sound and words solely and undisputable. For us at Exile On Mainstream it’s nothing less than a long dream coming true to release a strictly limited, one-off vinyl-only EP called “Respect To The Authors” in time for the EU tour in March/ April 2019.

Exile On Mainstream has been friends with Dälek for well over 17 years and the release marks bringing together likeminded efforts to full circle. »

L’ENVOÛTANTE

A l’époque de leur rencontre, Sébastien et Bruno vivent au pied des Pyrénées, là où les hauteurs et les grands espaces marquent vos horizons. Etre proche des frontières vous métisse. Des fragments de cultures multiples vous imprègnent à vie. Néo-ruralité, nature sauvage, respect profond des (contre-) cultures urbaines (punk, hip-hop), alternatives quotidiennes au tout mercantile et conscience de la complexité des identités… Tous ces éléments nourrissent la sensibilité des deux membres du duo.

Leur connexion dans L’Envoûtante coule de source. Mue par une volonté de clarté et de vérité, plus que par un souci d’esthétique. L’un a appris, depuis toujours, à communiquer avec sa batterie. Puis avec le son, dés que les synthétiseurs analogiques ont rempli sa chambre. Seb, le côté rock de L’Envoûtante ce serait occulter son amour du hip hop, ricain surtout. L’autre noircit à l’instinct les pages de son cahier, un micro jamais loin. Bruno a cette présence qui pourrait être bêtement hargneuse si elle n’était si chaleureuse et si sincère. Très vite, la scène cristallise ces énergies : espace de lien au monde où l’art incarne les doutes, les déceptions et les espoirs féroces. On n’avait plus retrouvé telle sensation depuis Casey et et La Rumeur avaient croisé la route de Zone Libre…
Les loups de L’Envoûtante sortent donc maintenant du bois avec un premier album : 11 titres fruits d’une collaboration avec Stéphane Teynié (Yann Tiersen, Dominique A, Diabologum…) aux manettes. Ce disque est fait du même bois que ses auteurs : lucide, sans équivoque et sensible. Deux hommes, vivant un peu en périphérie des tensions du monde, qui font de L’Envoûtante et de ce disque espace de combat, où ils clament leurs doutes, leurs colères, leurs déceptions et leurs espoirs féroces.

Un album qui, malgré ses apparences un peu sauvages, colle profondément à notre époque.

 

Le même jour


Aucun autre événement